African Airports can provide environment for relaxation within their airport environment

Aviation & Tourism Jump-Starting Leisure From African Airports

Roland Ohaeri Covers, Features, Headlines Leave a Comment

By Roland Ohaeri

 

Innovative Thinking

Leisure and tourism can begin right at the airports in Africa, if these airports give deep thought to the concept of airport user experience enhanced by value-adding leisure and business facilities. Several airports are still preoccupied with bringing in more airlines and becoming hubs, irrespective of facilities and services they provide, which are defining factors in airports sustainability.

 

African Airports can be designed to offer relaxation and comfort within. Source: Zambia Airports 

However, these airports can take steps to improve facilities for relaxation and business, as a way to improve user experience and simultaneously unlock sources of non-aeronautical revenue, which is much less than 50% for most African airports currently.

Leisure facilities available at airports – as evidenced on a large scale at Singapore’s Changi Airport, for instance, – are almost irresistible to passengers, and give an edge in airports competition. In fact, because of the huge scale of its leisure facilities, Changi Airport is now known to be not just an airport but “a destination in itself”.

 

The beauty of elegant airport design and facilities leave lasting impressions. At the Blaise Diagne International Airport, (DSS/GOBD), Dakar, Senegal, for instance, the play areas for kids and the colourfully designed lounging areas could reduce the stress of long waits for delayed or cancelled flights when they occur. At airports with redefined leisure and business facilities, some passengers could even wish for longer layovers.

Therefore, discerning African airports must begin to create such values, even on a small scale, to gain firm foothold in future airport competition in anticipation of increase in air traffic and rapidly evolving passenger preferences, as well as expected increase in number of contiguous airports in Africa.

 

Realigning New Airport Constructions

Most African airports were built in the 1960s and 1970s and now pose capacity and efficiency challenges given that traffic has remarkably increased over these years and airport user preferences have also changed dramatically. This brought about recently completed  greenfield and brownfield airports and others under-going construction across Africa.

Zambia Airports Corporation Limited (ZACL), for instance, says it has for the past few years been engaged in major infrastructure development projects to upgrade the four international airports namely Kenneth Kaunda, Simon Mwansa Kapwepwe, Harry Mwaanga Nkumbula and Mfuwe.

 

These constructions provide opportunity to incorporate leisure and business facilities and make African airports more tourism-oriented where applicable. Already the Zambia Airports Company Limited (ZACL) affirms: “With a friendly people and a stable social economic climate, Lusaka is also an ideal investment, tourism, conferencing and trade destination.”

 

Rising Traffic & Benefits

Improved leisure and business facilities at African airports could leverage on the rising traffic in Africa currently enhanced by African government’s commitment to air transport and economic liberalization. Going by data from Airports Council International (ACI), global passenger numbers reached 8.8 billion, an increase of +6.4% in 2018.

 

Topiary Walk at Changi Airport, Singapore. Source: Singapore Airport

More interestingly, ACI says while advanced economies held the largest proportion (52.8%) of global passenger traffic, airport traffic in emerging markets and developing economies grew faster (+8.3%) than in advanced economies (+4.8%) in 2018.

 

This hints at the expectation of sustainable rise in Africa’s air traffic. Against this background, Africa recorded 214 million passengers, growing 9.4% in 2018. “The world’s airports accommodated 122.7 million metric tonnes of cargo and almost 100 million aircraft movements,” it also adds.

 

While ICAO’s Aviation Benefits 2019 report states that Air transport supports 6.2 million jobs and USD 55.8 billion in gross domestic product (GDP) in Africa, improved airport infrastructure would no doubt contribute to enhancing these benefits.

 

Gateway To Tourism Leisure

More importantly, airport marketing should incorporate tourism promotion facilitating easy movement of visitors in safety and security; and make inputs to decision of ministries of culture and tourism charged with the task of developing tourism to attract increased visitors annually.

 

By so doing, African airports would be fostering joint development of aviation and tourism as endorsed by the International Civil Aviation Organization (ICAO) and the UN World Tourism Organization (UNWTO) which recently agreed to strengthen cooperative development of aviation and tourism.

 

Airport Operating Environment

The success of airports is partly linked to their operating environment. While airlines can easily relocate to other destinations, airports are not that flexible even under adversities. Thus, improving the operating environment would help attract airport users and investors.

Digital information is vital, and free authentic wifi is important..Source: Singapore Airport

Technology Drive

To help airports maximize the opportunities in leisure and business on the landside, improved technology is vital for African airports. Mobile communication, digital communication within the airports, etc., ensure that airport users are provided on-time information, while new technology also improves safety and security.

 

Getting There – Partnerships

Whereas airports have evolved from being just a platform for aircraft to take off and land to profit-oriented and value-adding ventures, it is important that business professionals and investors should be allowed to infuse innovative ideas into airports management and improve customer experience at African airports.

Mfuwe International Airport

Industry institutions like ACI, IATA and ICAO would also help African airports realize these business and tourism objectives more easily. Despite the failures of some Public-Private Partnerships (PPPs) in Africa, private investors will help African airports evolve faster.

 

Funding Rescue

Africa’s number one challenge over decades has been poor funding, and more recently, the difficult conditionalities attached to funds from sources especially from Asia. More favourable funding terms are necessary to empower African airports improve their leisure and business facilities and adhere more easily to ICAO Standard and Recommended Practices (SARPS).

 

 

 

Aviation et tourisme  Commencer les loisirs dès les aéroports en Afrique

Par Roland Ohaeri

African Airports can be designed to offer relaxation and comfort within

Pensée novatrice

Les loisirs et le tourisme peuvent commencer dès les aéroports en Afrique, si ces derniers prennent bienla mesure du concept de l’expérience de l’usager de l’aéroport, renforcée par des installations de loisirs et d’affaires qui apportent une valeur ajoutée. Plusieurs aéroports sont encore préoccupés à chercher à recevoir un plus grand nombre de compagnies aériennes et à devenir des plaques tournantes, sans tenir compte des installations et des services qu’ils offrent, lesquels sont pourtant des facteurs déterminants de leur durabilité.

 

Cependant, ces aéroports peuvent prendre des mesures pour améliorer les installations de détente et d’affaires, afin d’améliorer l’expérience des usagers et de débloquer en même temps des sources de revenus extra-aéronautiques, qui sont actuellement bien inférieures à 50 % pour la plupart des aéroports africains.

Les installations de loisirs disponibles dans les aéroports – comme on le voit   à grande échelle à l’aéroport Changi de Singapour, par exemple – sont presque irrésistibles pour les passagers et donnent un avantage dans la concurrence entre les aéroports. En fait, à cause de l’ampleur de ses installations de loisirs, l’aéroport Changi est désormais connu comme étant non seulement un aéroport, mais aussi “une destination en soi”.

 

La beauté de la conception et l’élégance des installations d’un aéroport laissent une impression durable. À l’aéroport international Blaise Diagne (DSS/GOBD) de Dakar, au Sénégal, par exemple, les aires de jeux pour les enfants et les salons colorés peuvent réduire le stress des longues attentes en cas de retard ou d’annulation de vols éventuels. Dans les aéroports dotés d’installations de loisirs et d’affaires redéfinies, certains passagers peuvent même souhaiter des escales plus longues.

Par conséquent, les aéroports africains avisés doivent commencer à créer de telles valeurs, même à petite échelle, pour s’imposer dans la concurrence future entre aéroports en prévision de l’augmentation du trafic aérien et de l’évolution rapide des préférences des passagers, ainsi que de l’augmentation prévue du nombre d’aéroports de proximité en Afrique.

 

African Airports can provide environment for relaxation within..

Réalignement des nouvelles constructions aéroportuaires

La plupart des aéroports africains, qui ont été construits dans les années 1960 et 1970, posent aujourd’hui des problèmes de capacité et d’efficacité, étant donné que le trafic a considérablement augmenté depuislors et que les préférences des usagers ont également changé de manièredrastique. C’est pourquoi des aéroports ont été récemment construits sur des sites vierges et des friches industrielles, et d’autres sont en cours de construction à travers l’Afrique.

La ZambiaAirports Corporation Limited (ZACL), par exemple, affirme qu’elle s’est engagée ces dernières années dans de grands projets de développement des infrastructures pour moderniser ses quatre aéroports internationaux, à savoir Kenneth Kaunda, Simon MwansaKapwepwe, Harry MwaangaNkumbula et Mfuwe.

Ces constructions offrent la possibilité d’intégrer des installations de loisirs et d’affaires et de rendre les aéroports africains plus orientés vers le tourisme, le cas échéant. La ZambiaAirportsCompany Limited (ZACL) l’affirme déjà : “Avec un peuple amical et un climat socio-économique stable, Lusaka est également une destination idéale pour les investissements, le tourisme, les conférences et le commerce”.

 

Augmentation du trafic et des bénéfices

L’amélioration des installations de loisirs et d’affaires dans les aéroports africains pourrait tirer parti de l’augmentation du trafic en Afrique, actuellement encouragée par l’engagement des gouvernements africains en faveur de la libéralisation du transport aérien et des économies. Selon les données du Conseil international des aéroports (ACI), le nombre de passagers dans le monde a atteint 8,8 milliards, soit une augmentation de 6,4 % en 2018.

Topiary Walk at Changi Airport, Singapore. Source: Singapore Airport

Plus intéressant encore, toujours selon l’ACI, alors que les économies avancées détenaient la plus grande proportion du trafic mondial de passagers (52,8 %), le trafic aéroportuaire dans les marchés émergents et les économies en développement a augmenté plus rapidement (+8,3 %) que dans les économies avancées (+4,8 %) en 2018.

Cela laisse présager une augmentation durable du trafic aérien en Afrique. Dans ce contexte, l’Afrique a enregistré 214 millions de passagers, soit une croissance de 9,4 % en 2018. “Les aéroports à travers le monde ont accueilli 122,7 millions de tonnes métriques de fret et près de 100 millions de mouvements d’avions”, ajoute également l’ACI.

 

Alors que le rapport de l’OACI intitulé “Aviation Benefits 2019” indique que le transport aérien soutient 6,2 millions d’emplois et 55,8 milliards de dollars de produit intérieur brut (PIB) en Afrique, l’amélioration des infrastructures aéroportuaires contribuerait sans aucun doute à renforcer ces avantages.

 

Passerelle vers le tourisme de loisir

Plus important encore, le marketing des aéroports devrait intégrer la promotion du tourisme en facilitant la circulation des visiteurs en toute sécurité, et contribuer aux décisions des ministères de la culture et du tourisme chargés de développer le tourisme pour attirer chaque année un nombre accru de visiteurs.

 

Ce faisant, les aéroports africains favoriseraient le développement conjoint de l’aviation et du tourisme, comme l’ont approuvé l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui ont récemment convenu de renforcer le développement coopératif de l’aviation et du tourisme.

 

Environnement d’exploitation des aéroports

Le succès des aéroports est en partie lié à leur environnement d’exploitation. Si les compagnies aériennes peuvent facilement se déplacer vers d’autres destinations, les aéroports ne sont pas aussi flexibles, même en cas d’adversité. Ainsi, l’amélioration de l’environnement d’exploitation contribuerait à attirer les utilisateurs et les investisseurs des aéroports.

Digital information is vital, and free authentic wifi is important..Source: Singapore Airport

La dynamique technologique

Pour aider les aéroports à maximiser les possibilités dans les loisirs et les affaires côté ville, il est essentield’améliorer la technologie au niveau des aéroports africains. La communication mobile, la communication numérique à l’intérieur des aéroports, etc. permettent   que les usagers des aéroports soient informés à temps, tandis que les nouvelles technologies améliorent également la sécurité et la sûreté

 

Pour y parvenir: les partenariats

Alors que les aéroports sont passés d’une simple plate-forme de décollage et d’atterrissage des avions à des entreprises à but lucratif et à valeur ajoutée, il est important que les professionnels et les investisseurs puissent insuffler des idées novatrices dans la gestion des aéroports et améliorer l’expérience des clients dans les aéroports africains.

Des institutions du secteur telles que l’ACI, l’IATA et l’OACI pourraient également aiderles aéroports africains à atteindre plus facilement ces objectifs commerciaux et touristiques. Malgré les échecs de certains partenariats public-privé (PPP) en Afrique, les investisseurs privés aideront les aéroports africains à évoluer plus rapidement.

 

Financement du sauvetage

Le défi numéro un de l’Afrique depuis des décennies est le manque de financement et, plus récemment, les conditionnalités difficiles liées aux fonds provenant en particulier de l’Asie. Des conditions de financement plus favorables sont nécessaires pour permettre aux aéroports africains d’améliorer leurs installations de loisirs et d’affaires et ainsi, de se conformer plus facilement aux normes et pratiques recommandées (SARPS)de l’OACI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Social Media

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *