PUBLISHER’S NOTE

As African Airports convene in Luxor, Egypt, early March 2019 for the ACI-Africa’s 61st Board & Regional Committees Meetings and Regional Conference and Exhibition, the question of the extent of benefits that industry operators especially African airports should gain from the launch of the Single African Air Transport Market (SAATM) in Addis Ababa January last year, comes to mind. More importantly, how African airports position themselves as major economic gateways to enable African economies reap the benefits of aviation is also very crucial at the moment.

African airports are predominantly government-owned and typically provide national services. However, given the challenges of rising competition among airports, on one hand, and the pressure on government to fund non-aviation economic sub-sectors, on the other, there is growing advocacy for airports to be run as businesses to enable them achieve more efficient, effective, customer-centric and possibly profitable operations, and ensure sustainability.

Over the decades, African airports have been characterized by untapped opportunities and much lower revenue than achievable. The ACI event in Luxor, with the theme, “Boosting Airport Growth with Non-Aeronautical Revenue,” provides opportunity to re-focus African airports to exploit sources of commercial revenue.

There is also concern about Airport safety, according to ACI-Africa, which must be constantly reviewed in line with expected growth at African airports. Accordingly, government must play a key role providing support and encouraging innovative partnerships to boost safety, security, service quality and sustainability at African airports.

In addition, given the growing emphasis on airports passenger experience, African airports should prioritize the use of data and efficient technology to drive strategies and services in 2019 and beyond. These interventions to boost airports efficiency and sustainability should accommodate inputs and interests of African airlines, besides other airports users, to optimize benefits.

The current edition focusing on Airports brings you fresh insights on African airports industry. I welcome you to 2019, and invite you to partner with Aviation & Allied Business in print and on our reinvigorated website, to explore the opportunities in Africa.

Here’s wishing you a successful business year in 2019.

 

 

Capt. Edward Boyo

***

NOTE DE L’ EDITEUR

Alors que les aéroports africains se réunissent à Louxor, en Egypte, début mars 2019 pour les 61èmes réunions du Conseil d’administration et des Comités régionaux de l’ACI-Afrique et ses Conférence et exposition régionales, la question qui vient  à l’esprit est celle de l’étendue des avantages que les opérateurs du secteur aéronautique, notamment les aéroports africains devraient tirer du lancement en janvier de l’année dernière à Addis-Abéba, du Marché unique du transport aérien en Afrique(MUTAA). Plus important encore, la manière dont les aéroports africains se positionnent en tant que portes d’entrée économiques majeures pour permettre aux économies africaines de récolter les bénéfices de l’aviation est également une préoccupation primordiale en ce moment.

Les aéroports africains appartiennent pour la plupart aux États et fournissent généralement des services nationaux. Toutefois, étant donné les défis de la concurrence croissante entre les aéroports, d’une part, et les pressions exercées sur les gouvernements pour financer des sous-secteurs économiques non liés à l’aviation, d’autre part, des voix s’élèvent de plus en plus pour demander que les aéroports soient exploités comme des entreprises commerciales, ce qui leur permettrait  d’être plus efficaces, plus efficients , plus axés sur les clients, et éventuellement plus rentables,  et ainsi d’assurer leur durabilité.

Au fil des décennies, les aéroports africains se sont caractérisés par des opportunités inexploitées et des revenus bien inférieurs à ce qui était réalisable. Les réunions de l’ACI à Louxor, dont le thème est “Stimuler la croissance des aéroports avec des revenus extra-aéronautiques “, offrent l’occasion de recentrer  les aéroports africains sur l’exploitation des sources de revenus commerciaux.

Selon ACI-Afrique, la sécurité aéroportuaire est également un sujet de préoccupation, qui doit être constamment réexaminé en fonction de la croissance attendue des aéroports africains. En conséquence, les pouvoirs publics doivent jouer un rôle clé en apportant leur  soutien et en encourageant des partenariats novateurs pour renforcer la sûreté, la sécurité, la qualité des services et la durabilité des aéroports africains.

En outre, compte tenu de l’importance croissante accordée à l’expérience des passagers aux aéroports, les aéroports africains devraient donner la priorité à l’utilisation de données et de technologies efficaces afin d’initier des stratégies et de proposer de nouveaux  services en 2019 et au-delà. Ces interventions,  qui visent à accroître l’efficacité et la durabilité des aéroports, devraient tenir compte des possibilités et des intérêts des compagnies aériennes africaines, en plus des autres usagers des aéroports, afin de maximiser les retombées.

La présente édition consacrée aux aéroports vous apporte de nouvelles perspectives sur l’industrie aéroportuaire africaine. En vous souhaitant une bonne année 2019, je vous invite à devenir partenaires d’Aviation &Allied Business, version imprimée et sur notre site Web remodelé, pour explorer les opportunités en Afrique.

Meilleurs vœux de succès dans vos affaires pour l’année 2019.

 

 

Capt. Edward Boyo