PUBLISHER’S NOTE

The industry was thrown into mourning early March 2019 following the tragic crash of Ethiopian Airlines Boeing 737-800Max aircraft travelling from Addis Ababa to Nairobi, in which all 157 souls on-board were lost. We express deep condolences to the families and friends of the victims, and the airline.

The industry eagerly awaits the conclusion of the on-going investigations to unravel the cause of the accident, and most importantly the recommendations that would help prevent recurrence.

Accordingly, ICAO has stated that it “looks forward to learning about the cause of this accident and to reviewing the findings and recommendations and responding as needed to ensure that air transport continues to be the safest form of transportation, to the benefit of future passengers and crew.”

Indeed, over the past decade, Africa has recorded tremendous increase in safety improvement, and reduction in accident record, which is the outcome of committed efforts among African airlines, regulators, aircraft manufacturers and international organizations such as ICAO and IATA.

It is expected, therefore, that the general public must subdue unguarded comments and conjectures regarding the unfortunate event, while all must continue to work together based on the expected outcome of investigations and recommendations. Without a doubt, air transport remains the safest and fastest means of travel and a key economic development catalyst globally and in Africa, which thrives on continued cooperation, collaboration and coordination.

We salute the innovation of aircraft manufacturers in pushing further new technological frontiers to enhance the economic performance, ecological efficiency and passenger comfort of aircraft. We also commend the courage of Ethiopian Airlines in improving and expanding its fleet and providing technical support on the continent.

Whereas Africa needs to transform its economy and aviation development, we call on industry stakeholders including aircraft manufacturers to be more supportive to enable African airlines expand and improve their fleet and effectively play their role as an important economic development infrastructure in Africa.

In this regard also, this edition brings you insightful articles highlighting the aircraft market in Africa, Africa’s MRO prospects, and unfolding events in Nigeria’s aviation industry, among other stories.

Thank you.

 

 

Capt. Edward Boyo

***

NOTE DE L’ EDITEUR

L’industrie a été endeuillée début mars 2019 à la suite de l’écrasement tragique d’un avion Boeing 737-800Max d’Ethiopian Airlines voyageant d’AddisAbeba à Nairobi, dans lequel  toutes les 157 personnes à bord ont péri. Nous exprimons nos sincères condoléances aux familles et aux amis des victimes, ainsi qu’à la compagnie aérienne.

L’industrie attend avec impatience la conclusion des enquêtes en cours pour élucider la cause de l’accident et, surtout, les recommandations qui permettraient d’éviter qu’un tel accident ne  se reproduise.

En conséquence, l’OACI a déclaré qu’elle “attend avec impatience de connaître la cause de cet accident, d’examiner les conclusions et les recommandations et d’y donner suite, le cas échéant, pour faire en sorte que le transport aérien reste le moyen de transport le plus sûr, dans l’intérêt des futurs passagers et membres d’équipage”.

En effet, au cours de la dernière décennie, l’Afrique a enregistré une augmentation considérable de l’amélioration de la sécurité et une réduction du nombre d’accidents, ce qui est le résultat des efforts consentis avec détermination par les compagnies aériennes africaines, les régulateurs, les avionneurs et des organisations internationales comme l’OACI et l’IATA.

On s’attend donc à ce que le grand public se garde de faire des commentaires et des conjectures débridés au sujet de cet événement malheureux , et  continue de travailler ensemble en fonction des résultats attendus des enquêtes et des recommandations. Il ne fait aucun doute que le transport aérien demeure le moyen de transport le plus sûr et le plus rapide et l’un des principaux catalyseurs du développement économique à l’échelle mondiale et en Afrique, qui repose sur une coopération, une collaboration et une coordination continues.

Nous saluons l’innovation des avionneurs qui ne cessent de repousser toujours plus loin les frontières technologiques pour améliorer les performances économiques, l’efficacité écologique et le confort des passagers des avions. Nous saluons également le courage dont Ethiopian Airlines a fait preuve en améliorant et en développant sa flotte et en fournissant un soutien technique sur le continent.

Alors que l’Afrique doit transformer son économie et le développement de l’aviation, nous appelons les acteurs de l’industrie, notamment les avionneurs, à soutenir davantage les compagnies aériennes africaines pour leur permettre d’accroitre  et d’améliorer leur flotte et de jouer efficacement leur rôle d’infrastructure importante pour le développement économique en Afrique.

À cet égard également, ce numéro vous apporte des articles perspicaces qui mettent en lumière le marché de l’aviation en Afrique, les perspectives des services de MRR en Afrique ainsi que les événements en cours dans l’industrie aéronautique nigériane, entre autres histoires.

Je vous remercie.

 

 

Capt. Edward Boyo