PUBLISHER’S NOTE

New efforts are ongoing to address some of the most difficult challenges facing airlines and the aviation industry, especially taxes and lack of aircraft maintenance facilities in West Africa, which have over the years contributed to very high operating cost for airlines in the region.

In Accra, Ghana, early June, the ECOWAS Commission brought together States and regional aviation experts to review and validate the draft final report on Feasibility Study for a Common Policy on Aviation Charges, Taxes and Fees for ECOWAS States, as well as the draft comprehensive final report on Update Business Plan for Regional Aircraft Maintenance Facility for ECOWAS States, as prepared for the Commission by IATA Consulting.

According to AFCAC, “The key objective of the validation workshop was to establish the basis for regional integration towards air transport development.” More inputs to the reports were solicited from States and stakeholders for a review Workshop in October 2018. Such inputs must highlight key challenges and solutions to improve the operating environment for the benefit of local Airlines and Economies.

Given the commitment of the African Union to a harmonized air transport system under the Single African Air Transport Market (SAATM), ECOWAS and other regions must also implement the single market environment by eliminating unnecessary taxes, charges and fees and other impediments that retard local airlines and economic integration.

While 26 States have signed the Solemn Commitment as announced at the 4th Meeting of the Ministerial Working Group on the Implementation of the SAATM in Lome, Togo in May, it is heart-warming that the Summit of Heads of State in Mauritania in June was briefed on the progress of SAATM. It is expected that this update would spur African leaders to further drive the operationalization of the SAATM.

Without closer cooperation among African operators, States, Regional Economic Communities (RECs) and industry support partners in Africa, Africa’s internal cohesion will not be strengthened. The question being asked today is, when will SAATM be operational?

The current edition of the Journal focuses on Africa’s ATM sub-sector, with perspectives on UAVs. It also highlights the ECOWAS Meeting in Accra, updates on the SAATM and new efforts to enhance aircraft supply in Nigeria’s aviation industry, among others.

Thank you.

CAPT. ED. BOYO

 

NOTE DE L’ EDITEUR

De nouveaux efforts sont actuellement faits pour relever certains des défis les plus difficiles auxquels sont confrontées les compagnies aériennes et l’industrie aéronautique, en particulier les taxes et le manque d’installations d’entretien des aéronefs en Afrique de l’Ouest, qui ont contribué au fil des ans à des coûts d’exploitation très élevés pour les compagnies aériennes de la région.
A Accra, au Ghana, en début juin, la Commission de la CEDEAO a réuni des États et des experts régionaux de l’aviation pour examiner et valider le projet de rapport final sur l’étude de faisabilité d’une politique commune en matière de redevances, taxes et frais aéronautiques pour les États de la CEDEAO, ainsi que le projet de rapport final complet sur la mise à jour du plan d’affaires pour la facilité régionale de maintenance des aéronefs pour les États de la CEDEAO, tel que préparé par IATA Consulting pour la Commission.
Selon la CAFAC, ” L’objectif clé de l’atelier de validation était d’établir les bases de l’intégration régionale pour le développement du transport aérien “. D’autres contributions aux rapports ont été sollicitées auprès des États et des parties prenantes en vue de la tenue d’un atelier d’examen en octobre 2018. Ces contributions doivent mettre en évidence les principaux défis et les solutions préconisées pour améliorer l’environnement d’exploitation au profit des compagnies aériennes et des économies locales.
Compte tenu de l’engagement de l’Union africaine en faveur d’un système de transport aérien harmonisé dans le cadre du Marché unique du transport aérien africain (MUTAA), la CEDEAO et d’autres régions doivent également mettre en œuvre l’environnement du marché unique en éliminant les taxes, redevances, frais et autres obstacles inutiles qui retardent les compagnies aériennes locales et l’intégration économique.
Alors que 26 États ont signé l’engagement solennel annoncé lors de la 4e réunion du Groupe de travail ministériel sur la mise en œuvre du MUTAA à Lomé, au Togo en mai, il est réconfortant de noter que le Sommet des chefs d’État qui s’est tenu en Mauritanie en juin a été informé des progrès du MUTAA. On s’attend à ce que cette mise à jour incite les dirigeants africains à poursuivre l’opérationnalisation du MUTAA.
Sans une coopération plus étroite entre les opérateurs africains, les États, les Communautés économiques régionales (CER) et les partenaires industriels en Afrique, la cohésion interne de l’Afrique ne sera pas renforcée. La question qui se pose aujourd’hui est la suivante : quand le MUTAA sera-t-il opérationnel ?
La présente édition du Journal est consacrée au sous-secteur ATM en Afrique, avec des perspectives sur les drones. Il donne également des nouvelles brèves sur la réunion de la CEDEAOqui s’est tenue à Accra, des mises à jour sur le MUTAA et les nouveaux efforts pour améliorer l’approvisionnement en avions dans l’industrie aéronautique nigériane, entre autres.

Merci.

CAPT. ED. BOYO