Who Will Replace Africa’s Ageing ATM Professionals?

Kayode Oyero Covers, Headlines, News, News Updates Leave a Comment

By Roland Ohaeri

Depleting Pool

A disturbing number of Africa’s Air Traffic Management (ATM) professionals have retired over the past 10 years, and, perhaps, with their spouses equally retired, are now lounging in the cool breeze of their country homes or engaging in other pastimes, leaving a gap in the demanding air navigation services environment in Africa.

More African ATM professionals are ageing and getting ready to join these veterans in retirement; this poses more potential challenges to Africa’s pool of ATM professionals which is already under the threatening reconnaissance of poachers from well-off regions. Moreso, the challenge of ageing and retirements could be compounded by the fast-pace of new ATM technology if these veterans do not upgrade accordingly to align with future global ATM systems including the Performance-Based Navigation (PBN) and Aviation Systems Block Upgrade (ASBU) initiatives.

Various Air Navigation Service Providers (ANSPs) in Africa are at various stages of upgrading their air traffic management infrastructure, with efforts to implement the Automatic Dependent Surveillance-Broadcast (ADS-B) technology in Central Africa like Congo; in parts of West Africa like Nigeria, and in North Africa as seen in Egypt. The ADS-B technology has also featured in the Indian Ocean island of Reunion as well as in South Africa. There are also commendable collaborative efforts among African ANSPs towards achieving interoperability and harmonization of ATM infrastructure in Africa which is essential for the efficient execution of the all-important Single African Air Transport Market (SAATM) which has now been signed by 26 States.

This collaboration is spearheaded by Agency for Aerial Navigation Safety in Africa and Madagascar (ASECNA) and Air Traffic Navigation Services (ATNS) South Africa, and Nigerian Airspace Management Agency (NAMA), among others.

What could be more exciting is the effort to establish the functional airspace bloc (FAB). Mr. Hassan Daleel, Sudan DCA says: “Functional Airspace Block(FAB) is defined as an airspace block based on operational requirement and established regardless of state boundaries, where the provision of air navigation service and related functions are performance driven and optimized with a view to introducing cooperation among air navigation service providers or where appropriate integrated providers.”

Control towers appear strange and inscrutable to the younger generation who are needed to replace ageing professionals, which make a new approach to training vital in Africa

Similarly, Africa’s traffic figures are projected to double over the next 20 years on the back of rising tourist and business visits, etc. In effect, Africa will be expecting well over 200million passengers in the next 20 years from the current figure of around 100 million passengers.

According to ATR, globally, “30% of the traffic growth by 2037 will come from routes that do not currently exist.” Thus, for Africa, more aircraft movement is also anticipated between dozens more of existing and new city-pairs emerging in Africa.

ATM Professionals Needed

This increased traffic would bring greater pressure on Air Navigation Service Providers (ANSPs) in Africa who must manage these movements seamlessly. Africa’s ATM sector, therefore, urgently requires increased number of qualified ATM professionals not just to replace those lost to retirements and poaching, but to fit the continent into the unfolding future ATM systems environment being developed for globalized and interoperable air transport infrastructure.

In 2016, Africa had 4,860 Air Traffic Controllers, which is forecast to grow to 7,050 air traffic controllers by 2036, according to Michiel Vreedenburgh, Chief, Aviation Safety Implementation Planning and Support, Air Navigation Bureau of ICAO. This compares to a global figure of 81,000 ATCs in 2016 projected to reach 123,256 ATCs by 2036. Africa requires about 2,190 ATCs over the next 18-20 years.

Despite the milestone improvements in ATM technology, ATM professionals would be needed. According to Ms. Boni Dibate of Civil Air Navigation Services Organization Africa Region (CANSO-Africa), ATM professionals cannot be replaced completely. Technology makes their job much easier, efficient, effective and even safer. Technology might reduce the number but not in a significant way.”

In Africa, increased aircraft movement requires enhanced quantity and quality of ATM professionals and facilities to manage effectively

Are Africa’s Efforts Enough?

In 2011, an ICAO study compared the average number of professionals worldwide that will need to be trained annually with the training capacity of existing facilities. “This reveals a shortfall of training capacity equivalent to 160,000 pilots, 360,000 maintenance personnel, and 40,000 air traffic controllers,” ICAO says.

Since then, there have been stronger calls for action to reverse the shortage of aviation professionals. Africa has been involved in the global campaign to develop future aviation professionals especially under the ICAO Future Aviation Professionals programme and ICAO’s Centre of Training Excellence initiative. Africa has about 18 ICAO TrainAirPlus Members.

ICAO and the industry are fine-tuning efforts towards harmonizing training standards through the establishment of the Association of Aviation Training Organizations (AATO) with a mandate given to African Civil Aviation Commission (AFCAC) to drive this to fruition.

But just like the efforts to achieve harmonized ATM facilities and interoperability of ATM systems on the continent, the commendable efforts to boost the number of future-based ATM professionals in Africa,including the number and capacity of Air Traffic Management training institutions in Africa are still inadequate, even though States like Singapore are keen on providing training support to Africa in this regard. This is mainly attributable to poor funding, the long duration required to train inexperienced personnel, among others.

Ghana Civil Aviation Training Academy is renewing efforts to boost ATM training capacity, adding to limited number of other training institutions offering ATM courses in Nigeria, South Africa, Zambia and Egypt, etc.

Well trained ATM professionals will make the difference in emerging phase of aviation growth in Africa

Key Task

How can the future aviation professionals be developed from the younger generation that constitute a larger chunk of Africa’s population? Mr. Jimmy Kbakaya, former Principal Information Officer at the Tanzania Civil Aviation Authority (TCAA), says “shortage of ATM professionals cannot be avoided since this generation likes diversity they get bored sticking in one job for long. ATM during our era was unique profession; now with technology it seems like any other profession.”

On the way forward he says, “We ought to improve our training to include advanced technology instead of obsolete technology. We have to open our training colleges to individuals like we train pilots who are freelance. You can be a lawyer and ATM; that’s diversity.”

Some observers have suggested that retired ATM personnel in Africa be brought back to share their experiences to younger generation; yet this may face the likely limitation of their knowledge being outdated which would require them to also be trained in new ATM technology.

Where There Is A Will

Current efforts in Africa to enhance training quality and capacity through ICAO’s centres of aviation training excellence and the moves to redirect younger generation into aviation are appropriate for the industry. Bringing in Africa’s infrastructure development and funding institutions such as New Partnership for Africa’s Development (NEPAD) and African Development Bank (AfDB) to support Africa’s ATM capacity development is vital to support young ATM students.

Also, increased cooperation in the whole ATM capacity development value-chain could produce Africa-bred ATM professionals faster.

While aviation and especially ATM may still be abstruse to most prospective students, massive Africa-wide awareness strategies to nurture the interest of Africa’s young generation – who indeed constitute a larger chunk of Africa’s 1.2billion population – in aviation and ATM are necessary to refill Africa’s depleting pool of ATM professionals quicker than looks feasible at present. Ms. Dibate agrees, calling for the “exposure of children to the industry at a young age.”

“The ATM industry is not well known and understood. Vocational and life skills training should include aviation and the specific environment,” she submits.

****

Qui Remplacera Les Professionnels Africains  De L’atm Vieillissants?

Un pool en voie d’épuisement

Un nombre considérable de professionnels africains de la gestion du trafic aérien (ATM) ont pris leur retraite au cours des 10 dernières années et, peut-être, avec leurs conjoints également à la retraite, ils se prélassent maintenant dans la brise fraîche de leurs maisons de campagne ou s’adonnent à d’autres passe-temps, ce qui laisse un vide dans l’environnement exigeant des services de navigation aérienne en Afrique.

De plus en plus de professionnels africains de l’ATM vieillissent et se préparent à rejoindre ces vétérans à la retraite; cette situation pose d’énormes défis potentiels au pool de professionnels   de l’ATM en Afrique qui est déjà sous la menace de la reconnaissance des braconniers des régions aisées.

En outre, le défi du vieillissement et des départs à la retraite pourrait être aggravé par le rythme accéléré de la nouvelle technologie ATM si ces vétérans ne se mettent pas à niveau comme il convient  pour s’aligner sur les futurs systèmes ATM mondiaux, notamment les initiatives PBN (Navigation fondée sur les performances) et ASBU (Mise à niveau par bloc des systèmes de l’aviation).

Divers fournisseurs de services de navigation aérienne (ANSP) en Afrique en sont à diverses étapes de mise à niveau de leur infrastructure de gestion du trafic aérien, avec des efforts pour mettre en œuvre la technologie de surveillance dépendante automatique en mode diffusion (ADS-B) en Afrique centrale comme au Congo, dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest comme au Nigéria et en Afrique du Nord comme en Egypte. La technologie ADS-B est également présente sur l’Ile de la Réunion dans l’océan Indien ainsi qu’en Afrique du Sud.

Des efforts louables de collaboration entre les ANSP africains sont également faits en vue de réaliser l’interopérabilité et l’harmonisation de l’infrastructure ATM en Afrique, ce qui est essentiel pour l’exécution efficace du très important Marché unique du transport aérien en Afrique(MUTAA) qui a été signé par 26 Etats. Cette collaboration est dirigée par l’ ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar), l’ATNS (Air Traffic Navigation Services) de l’Afrique du Sud, et la NAMA (NigerianAirspace Management Agency) du Nigéria, entre autres.

Ce qui pourrait être plus intéressant, c’est l’effort fait pour établir le bloc d’espace aérien fonctionnel (FAB). Selon M. Hassan Daleel, DAC du Soudan : “Le bloc d’espace aérien fonctionnel (FAB)se définit comme un bloc d’espace aérien basé sur les besoins opérationnels et établi indépendamment des frontières de l’État, où la fourniture du service de navigation aérienne et les fonctions connexes sont axées sur les performances et optimiséesen vue d’introduire une coopération entre les fournisseurs de services de navigation aérienne ou, le cas échéant, les fournisseurs intégrés”.

Par ailleurs, le trafic de l’Afrique devrait doubler au cours des 20 prochaines années en raison de l’augmentation du tourisme et des visites d’affaires, etc. En effet, l’Afrique accueillera plus de 200 millions de passagers au cours des 20 prochaines années, alors que le nombre actuel est d’environ 100 millions de passagers.

Selon ATR, au niveau mondial, “30% de la croissance du trafic à l’horizon 2037 proviendra de routes qui n’existent pas encore”. Ainsi, pour l’Afrique, on prévoit aussi plus de mouvements d’avions entre des douzaines de paires de villes existantes et de nouvelles paires de villes émergentes en Afrique.

Les professionnels de l’ATM en demande

Ce trafic accru exercerait une pression accrue sur les prestataires de services de navigation aérienne (ANSP) en Afrique, qui doivent gérer ces mouvements de manière transparente. Le secteur ATM en Afrique a donc besoin, de toute urgence, d’un nombre accru de professionnels ATM qualifiés, non seulement pour remplacer ceux qui ont été perdus en raison des départs à la retraite et du braconnage, mais aussi pour intégrer le continent dans l’environnement futur des systèmes ATM en cours de développement pour une infrastructure de transport aérien mondialisée et interopérable.

En 2016, l’Afrique comptait 4 860 contrôleurs aériens, chiffre qui devrait passer à 7 050  d’ici 2036, selon Michiel-Vreedenburgh, chef, Planification et soutien de la mise en œuvre de la sécurité de l’aviation, à la Direction de la navigation aérienne de l’OACI. Par comparaison, le chiffre  de 81 000 contrôleurs de la circulation aérienne  en 2016 au niveau mondial devrait passer à 123 256 d’ici 2036. L’Afrique aura besoin d’environ 2 190 contrôleurs  au cours des 18 à 20 prochaines années.

Malgré les améliorations importantes apportées à la technologie ATM, les professionnels de l’ATM continueront d’être nécessaires. Selon Mme BoniDibate de l’Organisation des services de navigation aérienne civile – région Afrique (CANSO-Afrique), les professionnels de l’ATM ne peuvent pas être remplacés complètement. La technologie rend leur travail beaucoup plus facile, plus efficient, plus efficace et même plus sécuritaire. La technologie pourrait en réduire le nombre, mais pas d’une manière significative.”

Les efforts de l’Afrique sont-ils suffisants?

En 2011, une étude de l’OACI a comparé le nombre moyen de professionnels à travers le monde qui devront être formés chaque année par rapport à la capacité de formation des installations existantes. “Cette étude révèle un manque de capacité de formation équivalant à 160 000 pilotes, 360 000 techniciens de maintenance et 40 000 contrôleurs de la circulation aérienne “, indique l’OACI.

Depuis lors, les appels à l’action se sont multipliés pour remédier à la pénurie de professionnels de l’aviation. L’Afrique a participé à la campagne mondiale visant à former les futurs professionnels de l’aviation, en particulier dans le cadre du programme ” Future Aviation Professionals ” de l’OACI et de l’initiative des  Centres de formation d’excellence de l’OACI. L’Afrique compte environ 18 membres TrainAirPlus de l’OACI.

L’OACI et l’industrie s’efforcent d’harmoniser les normes de formation avec la création de l’Association des organismes de formation aéronautique (AATO), dont le mandat de mener à bien ce projet a été confié à la Commission africaine de l’aviation civile (CAFAC).

Mais tout comme les efforts pour réaliserl’harmonisation des installations ATM et l’interopérabilité des systèmes ATM sur le continent, les efforts louables pour accroître le nombre desprofessionnels de l’ATM du futur en Afrique, ainsi que le nombre et la capacité des institutions de formation en gestion du trafic aérien en Afrique, sont encore insuffisants, même si des États comme Singapour sont désireux de fournir à l’Afriqueune assistance en matière de formation à cet égard. Cela s’explique principalement par le manque de financement et la longueur du temps  nécessaire pour former un personnel inexpérimenté, entre autres.

La Ghana Civil Aviation Training Academy renouvelle les efforts pour renforcer les capacités de formation en gestion du trafic aérien,s’ajoutant ainsi au nombre limité d’autres institutions de formation qui offrent des cours de gestion du trafic aérien au Nigeria, en Afrique du Sud, en Zambie et en Égypte, etc.

Tâche clé

Comment les futurs professionnels de l’aviation peuvent-ils se développer à partir de la jeune génération qui constitue une très grande partie de la population africaine ? Selon M. Jimmy Kbakaya, ancien responsable principal de l’information à la Tanzania Civil Aviation Authority (TCAA),  ” la pénurie de professionnels de l’ATM ne peut pas être évitée,car cette génération aime la diversité ; elle s’ennuie si elle reste longtemps clouée à un emploi. À notre époque, l’ATM était une profession unique ; maintenant avec la technologie, elle ressemble à n’importe quelle autre profession “.

Pour ce qui est des perspectives d’avenir, il déclare: ” Nous devrions améliorer notre formation pour y  inclure la technologie de pointe au lieu d’une technologie obsolète.

Nous devons ouvrir nos écoles de formation à des individus comme nous formons des pilotes qui sont  indépendants. Vous pouvez être  à la fois juriste  et gestionnaire du trafic aérien ; c’est cela  la diversité.”

Certains observateurs ont suggéré que des retraités de l’ATM en Afrique soient rappelés pour partager leur  expérience avec la jeune génération ; cependant, cela pourrait se heurter à la limitation probable de leurs connaissances qui sont dépassées, ce qui nécessiterait qu’ils soient également formés aux nouvelles technologies de l’ATM.

Qui veut peut

Les efforts faits actuellement en Afrique pour améliorer la qualité et la capacité de la  formation par le biais  des centres d’excellence de l’OACI en matière de formation aéronautique et la réorientation de la jeune génération vers l’aviation sont convenables pour l’industrie. Il est particulièrement important de faire appel aux institutions de développement et de financement des infrastructures africaines telles que le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et la Banque africaine de développement (BAD) pour soutenir le développement des capacités de l’Afrique et des jeunes étudiants en matière de gestion du trafic aérien .

Par ailleurs, une coopération accrue sur l’ensemble de la chaîne de valeur du développement des capacités de l’ATM pourrait produire plus rapidement des professionnels de l’ATM formés en Afrique.

 

Bien que l’aviation et en particulier l’ATM puissent encore être difficiles à cerner pour la plupart des étudiants potentiels, des stratégies de sensibilisation massives à l’échelle de l’Afrique visant à alimenter l’intérêt de la jeune génération africaine – qui constitue en effet la plus grande partie de la population africaine estimée à 1,2 milliard de personnes – dans l’aviation et l’ATM sont nécessaires pour combler plus rapidement que cela semble faisable actuellement le pooldes professionnels de l’ATM en voie d’épuisement..Mme Dibate est d’accord, et elle recommande que les enfants soient ” exposés à  l’industrie dès le jeune âge”.

“Le secteur de l’ATM n’est pas bien connu et compris. La formation professionnelle et la formation aux compétences de la vie doivent inclure  l’aviation et son environnement spécifique”, conclut-elle.

####

Share on Social Media

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *